Suspension de la réalisation de la 3e école primaire et école secondaire à L’IDS

Dernière mise à jour : 2 nov.

L’APRIDS estime que le ministère de l’Éducation et le Centre de service scolaires Marguerite-Bourgeoys doivent rendre des comptes.


Comme bien des citoyens de L’Île-des-Sœurs, l’APRIDS a appris avec stupéfaction la décision du Centre des services scolaires Marguerite-Bourgeoys, de suspendre la réalisation de la 3e école primaire et de l’école secondaire.


« Le communiqué du CSS mentionne que les projections ministérielles prévoient une baisse majeure du nombre d’enfants dans quelques années. Nous voulons examiner les chiffres du ministère et vérifier notamment, de quelle façon on a tenu compte de l’augmentation de la population qui surviendra avec la construction de plusieurs projets immobiliers. » de dire le président de l’APRIDS, Daniel Manseau.


Celui-ci rappelle également qu’il y a toujours plusieurs classes situées temporairement dans un immeuble collé sur l’autoroute au 14 place du Commerce. « Quelles sont les intentions du Centre des services scolaires ? Veut-il renouveler le bail ? Veut-il pérenniser cette solution pour le moins inadéquate ? Sinon, où logera-t-il ces élèves ? »


L’APRIDS rappelle que le Gouvernement avait promis une école primaire, mais aussi une école secondaire pour au moins, le premier cycle. « Le besoin est toujours présent. Il y a actuellement plus d’un millier d’élèves dans les deux écoles primaires de L’Île-des-Sœurs. L’école secondaire MGR Richard de Verdun manque de place et ne reçoit qu’environ 200 d’entre eux. Tous les autres doivent parcourir des kilomètres dans la circulation dense des heures de pointe pour aller vers des écoles publiques éloignées ou vers le privé. Est-ce normal pour un quartier dont la population atteint 22 000 habitants et pour lequel la ville de Montréal prévoit bientôt la construction d’au moins trois mille nouveaux logements ? » d’ajouter M. Manseau.


L’APRIDS croit qu’en mettant le projet sur pause, le Centre de services scolaires donne sa bénédiction au gouvernement pour retarder la recherche d’un terrain où construire une école. L’Association demande s’il faut attendre que tous les terrains soient développés par la construction de nouveaux logements pour s’apercevoir que les résidents ont besoin d’une école. Une bonne façon selon elle d’indiquer aux familles avec enfants que L’Île-des-Sœurs n’est pas un endroit adéquat pour se loger et de les faire fuir le plus loin possible.


« Le Centre de services scolaires continue de naviguer à courte vue comme il l’a fait dans le passé dans le quartier, ce qui a donné une deuxième école trop petite et des drames à répétition à cause des besoins urgents de terrains. Ce manque de vision et de coordination contribue à déshumaniser la vie près du centre-ville », d’ajouter M. Manseau.


Selon lui, le ministère de l’éducation et le Centre de services scolaires doivent répondre publiquement aux questions des citoyens et des journalistes. L’APRIDS compte aussi s’entretenir avec les acteurs municipaux, les parents et la nouvelle députée pour connaître leurs perspectives.

-30-


Source : Daniel Manseau Info@aprids.ca Pour information : Alain Charbonneau

438-530-5398


Le 20 octobre 2022

18 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout