top of page
  • Photo du rédacteurAPRIDS

Oui à une densification intelligente à dimension humaine


Un des immeubles prévus dans le cadre du projet Cité de L'Île. Cet immeuble est juste à côté de la station du REM et aurait environ 25 étages.

Le journal Métro édition IDS/Verdun a publié le 25 février, sur sa page Facebook, deux textes du journaliste Nicolas Monet sur la densification prévue à L’Île-des-Sœurs, notamment par le projet Cité de L’Île.

L’APRIDS réitère la position qu’elle a prise depuis les consultations menées par l’Office de consultation publique de Montréal sur le Plan particulier d’urbanisme du Nord de L’Île-des-Sœurs en 2019 :

Nous sommes d’accord qu’il doit y avoir une certaine densification des milieux urbains, incluant à L’Île-des-Sœurs, afin de diminuer l’étalement urbain et les déplacements motorisés qu’ils exigent. Nous sommes d’accord que nous devons réduire les îlots de chaleur et limiter la circulation automobile, en offrant des alternatives aux automobilistes. Nous sommes d’accord avec la réalisation d’une station du REM et avec la reconfiguration des circuits d’autobus sur L’Île. À terme, ces actions vont permettre une diminution des GES et vont améliorer la qualité de vie des résidents, des valeurs importantes de l’APRIDS.

Toutefois, l’APRIDS rappelle que toute densification doit se faire de façon intelligente et ordonnée.


  • Est-il normal d’autoriser la construction de plusieurs immeubles résidentiels qui vont accroître la population de L’Île de plus de 25 % sans avoir réalisé les études de circulation nécessaires ?

  • Est-il normal d’augmenter la population de L’Île sans planifier les équipements collectifs et sans vérifier la capacité des infrastructures à desservir une population qui approchera les 30 000 habitants ? Rappelons qu’une étude commandée par l’arrondissement et la Ville concluait que L’Île ne possédait pas les équipements nécessaires pour sa population et qu’il n’y a ni école secondaire, ni patinoire réfrigérée, ni piscine intérieure, ni centre communautaire digne de ce nom. Souvenons-nous que le CSSMB a suspendu le projet de 3e école primaire alors que les écoles actuelles sont pleines.

  • Est-il normal de ne se poser aucune question quant à la sécurité des résidents advenant un incident grave ? L’île possède trois sorties, l’autoroute 15 vers le nord ou vers le sud ainsi que l’autoroute Bonaventure, toutes situées au même endroit

  • Est-il normal de prévoir autant de nouveaux logements à quelques mètres d’une autoroute alors qu’il serait possible de construire les logements nécessaires un peu plus loin ? Pourtant, lors d’une soirée d’information tenue le 30 septembre 2019 à l’Île-des-Sœurs, les planificateurs du service d’urbanisme avaient clairement affirmé que les immeubles en bordure d’autoroute seraient réservés surtout aux espaces commerciaux et aux bureaux.


Lors de la consultation sur le Plan particulier d’urbanisme du Nord de L’Île-des-Sœurs, l’APRIDS a milité pour faire diminuer la densité prévue à l’origine, réclamé une étude de circulation et souhaité connaître la planification des équipements collectifs nécessaires à une population de 30 000 personnes. Seule concession à l’époque, la Ville de Montréal a accepté de diminuer la densité prévue à l’époque de 3 700 nouveaux logements dans le territoire du PPU pour l’établir à un maximum de 2 900 logements.


Et voilà que le premier geste concret qui découle du nouveau plan d’urbanisme consiste à ajouter 1300 logements en bordure d’autoroute, là où on n’en prévoyait que très peu.

Aujourd’hui la mairesse nous mentionne que le maximum de 2900 logements ne sera pas respecté et qu’une étude de circulation sera réalisée, mais après que le projet Cité de L’île sera approuvé. Entre temps, aucun nouvel équipement collectif n’est actuellement planifié. Est-ce qu’une telle approche est la meilleure façon de susciter une quelconque acceptabilité sociale ? Nous en doutons et craignons qu’elle risque plutôt de générer davantage le cynisme des citoyens envers leurs élus et les urbanistes qui planifient les villes de demain.

Le conseil d’administration de l’APRIDS

146 vues0 commentaire

Comentarios


bottom of page