top of page
  • Photo du rédacteurAPRIDS

Faits saillants du conseil d'arrondissement de Verdun


Où en sont les études ?

Passerelle en direction de Verdun et recouvrement éventuel de la piscine du centre Elgar, où en sont rendues les études de faisabilité promises depuis plus d’un an, a demandé un représentant de l’APRIDS ?

La mairesse répond que les cabinets de professionnels à qui on a confié ces études sont débordés mais qu’elle souhaite faire une rencontre publique sur le sujet d’ici la fin de l’année ou au commencement de 2024.

Mme Mauger profite de l’occasion pour souligner que Verdun, incluant L’Île-des-Sœurs sont bien équipés en piscines extérieures et pataugeoires.



REM et sécurité

De nombreux citoyens et l’APRIDS ont signalé qu’à la sortie du REM sur la Pointe-Nord il était dangereux de s’aventurer à pied ou à vélo. À cet endroit qui constitue une entrée des autoroutes 15 et Bonaventure, des feux de circulation ont été installés mais ne sont pas encore fonctionnels.

Explication : « Il y a une grande complexité avec divers intervenants ». Aucune date précise de mise en service des feux n’a été annoncée.

L’APRIDS souhaite que des mesures temporaires soient mises en place afin d’éviter un accident.

REM et piétons

Les piétons n’ont pas encore fini d’emprunter le terrain du Groupe immobilier Lachance pour avoir un accès rapide à la station du REM; un accès plus sécuritaire pourrait toutefois être aménagé « le plus tôt possible cet automne », a indiqué la mairesse.

La mairesse explique que le promoteur doit ordonnancer la séquence des travaux de construction des éléments du projet Cité de l’Île avant de déterminer où passeront très exactement le trottoir et la piste cyclable temporaires.

Avant d’aménager un tel accès piétonnier, le promoteur doit demander un permis de construction, ce qui n’a pas encore été fait explique le responsable des Permis et inspections. Daniel Potvin estime que le Groupe Lachance est de bonne foi mais laisse entendre que les hauts taux d’intérêt pourraient ralentir le développement du projet.



Pas de démolition au 14 Place du commerce

Contrairement aux inquiétudes véhiculées sur les médias sociaux, il n’y a aucune intention manifestée de démolir l’édifice du Groupe immobilier Lachance. Cet édifice abritant l’annexe de l’école élémentaire des Marguerite devrait continuer de faire partie intégralement du futur projet Cité de l’Île.

La mairesse, rassurante, a indiqué que pour effectuer la démolition d’un bâtiment, son propriétaire doit faire une demande à un comité de l’arrondissement qui siège en public sur la question. Par la suite, il devrait aussi déposer un PPCMOI Plan particulier de construction.


Et le golf ?

Tenue par une obligation de confidentialité, la mairesse n’a pas voulu commenter les longs délais de l’arbitrage du différend entre l’arrondissement et le propriétaire du golf municipal. Elle a cependant indiqué que : selon les parties impliquées, « le dossier progresse bien » et les conclusions de l’arbitrage pourraient être connues avant la prochaine saison.

Coexistence parfois difficile

Une campagne de sensibilisation permettra de rappeler les obligations des cyclistes et piétons qui se partagent les pistes multifonctionnelles. La cohabitation est parfois inquiétante pour certains, surtout avec la multiplication des scooters et vélos électriques beaucoup plus lourds.


Rajeunissement bienvenu

Les vestiaires de la piscine du centre Elgar seront rénovés dans les prochains mois. Il était temps a fait remarquer une représentante de l’APRIDS à qui la conseillère Véronique Tremblay a indiqué que les locaux vétustes étaient « propres même s’ils n’en ont pas l’air ».


Encadrer les graffiteurs

Le Conseil a accueilli favorablement une suggestion de l’APRIDS de discipliner l’usage anarchique des canettes de peinture par un concours stimulant une créativité contrôlée. Le conseiller Sterling Downey a indiqué que, contrairement aux perceptions, il n’y aurait pas de recrudescence des graffitis et que ceux-ci sont faits par des adultes plutôt que par des jeunes.


Pluies abondantes et inondations

Plusieurs propriétaires de Verdun réclament de l’action de la part l’arrondissement à propos des inondations de sous-sols à répétition. Certains d’entre eux ont subi d’importantes pertes financières et ont maintenant de la difficulté à assurer leur propriété, particulièrement dans le voisinage des rues Lanouette et Cool dans le quartier Hickson.

La mairesse a écarté la demande d’une réduction de la taxe foncière pour les propriétaires éprouvés. Elle s’est néanmoins engagée à ne plus reporter de travaux correctifs prévus et elle s’est engagée à revenir très prochainement auprès des plaignants avec un programme d’action concret. Avec l’augmentation des précipitations comme celles que nous avons connues cet été, Mme Mauger a laissé entendre que ce n’était peut-être plus approprié d’aménager une chambre à coucher dans un sous-sol susceptible d’être inondé.

L’ABC du compostage Maintenant que les édifices de neuf logements et plus sont soumis comme tout le monde au compostage, une soirée d’information aura lieu prochainement pour expliquer le pourquoi et le comment se débarrasser écologiquement des matières organiques. Objectif : réduire de 15 % le volume des déchets à enfouir.

La mairesse a rappelé que le compostage est obligatoire depuis quelques années.



Sécurité près des écoles

L’arrondissement met l’accent sur la réduction de la vitesse des véhicules aux abords des écoles. Près de l’école des Marguerite, des bollards, ces bornes de rétrécissement, seront bientôt installées.


Encore et encore des feux d’artifice

Malgré l’augmentation des interventions policières, la plage de Verdun est encore le terrain de prédilection des amateurs nocturnes de feux d’artifice, ce qui perturbe toujours le sommeil de résidents de la Pointe-Sud et du secteur ouest. Cet été, un résident du secteur a compté 58 de ces pétarades.

Malgré une augmentation significative du nombre de patrouilles, les policiers doivent prendre les contrevenants sur le vif afin de leur signifier une contravention. L’arrondissement songe à changer la réglementation afin de rendre illégale la possession de matériel pyrotechnique.

L’Île n’aurait pas le monopole de cette nuisance sonore et nocturne, puisque plusieurs quartiers de Montréal en seraient affligés, ce qui n’est pas une consolation.


Voir clair en matière de circulation

À la suite d’une demande de l’APRIDS, la mairesse précise que l’étude de circulation prévue cet automne par la Ville de Montréal ne concerne que la partie Nord de L’Île, dans le cadre du Programme particulier d’urbanisme (PPU). Elle vérifiera si le contrat a été octroyé.

Mme Mauger réfléchira toutefois à la possibilité que l’arrondissement ajoute un complément pour que l’étude couvre l’état de la circulation pour toute l’Île, si nécessaire. Les conséquences sur la circulation du développement à la Pointe-Sud doivent être mesurées, reconnaît la mairesse.

Un peu de lumière SVP

L’arrondissement effectue présentement un blitz pour réparer les éclairages défectueux. À la Pointe-Nord, il faut remplacer le filage électrique sous-terrain qui est brisé par les racines des arbres pour quelques lampadaires. Les pièces de rechange ont été commandées. Avec la mise en service du REM, la traverse piétonnière située derrière l’épicerie IGA sur la place du Commerce est beaucoup plus fréquentée. La mairesse trouve que c’est une bonne idée d’y ajouter de l’éclairage.

Nettoyage des berges La conseillère Céline-Audrey Beauregard signale que la journée de nettoyage des berges et du parc Maynard-Ferguson de L’Île-des-Sœurs aura lieu le 16 septembre. Avis à tous les intéressés

La Well à pied ?

Une pétition réclamant la piétonisation permanente de la rue Wellington a dépassé les 3031 signatures de Verdunois nécessaires à la tenue de consultations qui auront lieu à la fin de l’année ou au début de 2024.

Appel à la tolérance

En ouverture de séance, la mairesse a lancé un appel à la « bienveillance collective » sur les médias sociaux. Mme Mauger a expliqué qu’il était parfois un peu facile de s’emporter pour faire avancer les choses et qu’exprimer une forte colère était plus facile en ligne qu’en face à face. Elle a souligné que les quelque 400 employés et collaborateurs de l’arrondissement ne méritaient pas d’être l’objet de dénigrement.

33 vues0 commentaire
bottom of page