top of page

Faits saillants du conseil d'arrondissement du 2 juillet 2024

Dernière mise à jour : 4 juil.


« Pump track » : contrat accordé dans la controverse 

 

Malgré le dépôt d’une pétition de 450 signatures demandant que le projet soit construit sur un autre terrain, les élus de l’arrondissement ont voté l’octroi d’un contrat de 1M $ aux Entreprises Delorme pour la conception et l’aménagement d’une piste à rouleaux au parc Adrien-D. Archambault.  

 

Les opposants craignent les effets néfastes de la future installation sur la biodiversité de cet endroit situé en périphérie du boisé Saint-Paul et du lac des Battures ainsi que sur la tranquillité du secteur.  

 

La mairesse a expliqué que la surface de l’installation occupera moins de mille mètres carrés et non 3500 mètres carrés comme il a été rapporté, qu’elle sera plus petite que celle de Pointe-Saint-Charles, que l’asphaltage sera limité et couvert de nombreux arbres, ce qui réduira au minimum les îlots de chaleur. L’éclairage sera de faible intensité et orienté vers le sol afin de ne pas nuire aux voisins et à la faune. 

 

Mme Mauger a indiqué que le ministère de l’Environnement devra approuver toutes les étapes de la conception et de la réalisation du projet avant d’émettre un certificat d’autorisation. Elle explique que le contrat doit d’abord être accordé pour que les plans puissent être dessinés et soumis au ministère à l’automne. Elle rappelle les nombreuses et longues tractations que l’arrondissement a connues avec le ministère pour la revitalisation du parc Lacoursière. La mairesse estime qu’elles sont un gage de la vigilance dont fera l’objet ce chantier.  

 

Le site est un terrain contaminé et il y aura de nouveaux forages afin de bien mesurer la décontamination à faire. Il se pourrait que le parcours de la piste doive être ajusté selon le degré de contamination.  

 

Aux opposants qui craignent que de nombreux cyclistes empruntent les sentiers du boisé Saint-Paul malgré l’interdiction, la mairesse répond que l’aménagement d’une piste cyclable le long du boulevard de la Forêt règlerait ce problème potentiel.  

 

La mairesse a aussi déclaré qu’il était difficile de mener à bien des projets à L’Île-des-Sœurs qui manque pourtant d’infrastructures et qui en réclame : « Ce n’est jamais le bon endroit, la bonne affaire ». Elle a ajouté que « cette installation sportive servira toutes les générations et sera un joyau pour la communauté ». 


Abattage de frênes au Boisé Saint-Paul 

À l’APRIDS qui réclamait plus d’informations sur la coupe massive de frênes prévue pour combattre la progression de l’argile dans le boisé, la mairesse a précisé que la coupe prévue est de 986 frênes affectés par cet insecte. Elle a indiqué qu’après cette coupe, il restera encore un millier de frênes dans le boisé.  

 

On aurait décidé de procéder de façon plus massive surtout pour éviter les interventions à répétition qui causent beaucoup de dommages aux systèmes racinaires en place, aux plantes rares et aux chicots qui tentent de repousser. 

 

Les arbres visés sont situés jusqu’à 25 mètres des sentiers pédestres ainsi qu’autour des limites du boisé pour prévenir les chutes de branches ou d’arbres malades sur des promeneurs ou des résidences.  

 

Malgré les interrogations et les critiques de plusieurs citoyens, la mairesse maintient que cette initiative est « bien balisée ». Elle sera menée avec le service des Grands Parcs de la Ville de Montréal, sous la surveillance étroite du ministère de l’Environnement, de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs qui a déjà accordé ses autorisations. 

 

La coupe aura lieu en hiver afin de moins abîmer la végétation et les arbres abattus pourront être sortis du boisé avec la bénédiction du ministère de l’Environnement afin de faciliter les repousses. Mme Mauger dit retenir la suggestion de prévoir un plan de communication afin d’informer adéquatement la population. 

 

L’APRIDS compte poursuivre sa recherche sur le sujet en consultant des chercheurs spécialisés dans la lutte contre l’agrile. 

 

Toujours à propos du boisé Saint-Paul, un insulaire a demandé combien l’arrondissement consacrait d’argent à son entretien, en citant la contribution de Desjardins qui consacrera 100 000 $ au cours des trois prochaines années, notamment pour prolonger les trottoirs de bois. Mme Mauger a répondu que l’arrondissement dépensait 100 000 $ par année pour son contrat avec Nature-Action Québec, sans compter les travaux des Cols Bleus.  


Étang Lacoursière, la pompe est arrivée 

Après des mois d’attente auprès d’un fournisseur, une pompe sera bientôt installée sur le boulevard Marguerite-Bourgeoys, près du parc Lacoursière, afin d’alimenter l’étang avec de l’eau du fleuve. L’oxygénation du plan d’eau devrait revigorer la faune et la flore.    


Une des entrées du parc par la rue Roland-Jeanneau a été négligée et la végétation a pris le dessus. La mairesse a promis qu’un entretien sera effectué la semaine prochaine et qu’on s’assurera que l’espace soit inscrit dans le plan d’entretien régulier.  

 

Les lampadaires défectueux seront graduellement retranchés ou remplacés en 2025. Des percées visuelles sur l’étang pourraient être refaites bientôt. 

 

Sur les pistes partagées 

À la question d’une résidente qui demandait si les cadets de la police ont les bons outils d’information lorsqu’ils interviennent sur les pistes cyclables, le commandant Beaulieu a expliqué que des dépliants sont distribués pour informer les cyclistes et les piétons sur les règles de la sécurité routière. Une campagne de sensibilisation plus vaste est en préparation pour 2025. 

 

Au besoin, les cadets peuvent faire appel aux policiers qui patrouillent à vélo.  

 

Sauver le Natatorium ? 

L’arrondissement a décidé de pousser plus loin les études sur l’état du pavillon des baigneurs du Natatorium et d’embaucher un architecte spécialisé en patrimoine pour préciser les options possibles pour cet édifice de style art-déco qui menace de s’effondrer. Dès l’automne, il faudra tout de même procéder à des travaux préliminaires de dégarnissage et de décontamination, travaux qui doivent être faits peu importe les options choisies.  

 

Verdun crée le courant 

Tel est le slogan du 150e anniversaire de Verdun qui sera célébré l’an prochain. 25 projets provenant de citoyens et d’entreprises ont été retenus par un jury indépendant du Conseil de l’arrondissement. La programmation complète sera annoncée à l’automne.  

 

En bref… 

Les travaux de réfection du parc Dan-Hanganu sont commencés depuis quelques jours et une partie du stationnement du centre Elgar est occupé par la machinerie du chantier. Les horaires des parcs sont prolongés. Il est maintenant permis de se trouver dans un parc jusqu’à 23 h plutôt que 21 h et à partir de 6 h plutôt que 7 h le matin. Avec les travaux de déconstruction du pont de contournement qui reliait temporairement L’Île à Verdun, l’arrondissement s’attend que des arbres matures soient replantés sur le terrain riverain. 

Des circuits d’autobus subiront prochainement des changements d’itinéraires et d’horaires à Verdun, Lasalle et Lachine. Pour en discuter, les experts de la STM répondront aux questions dans un kiosque sur la rue Wellington le samedi 20 juillet de 13h à 19h. Ce projet de refonte ne touche pas L’Île-des-Sœurs. Une nouvelle application pour téléphones permet de suivre en détail sur une carte les entraves à la circulation dans la Ville de Montréal. Les feux d’artifice sont toujours interdits et la conseillère Véronique Tremblay rappelle que les contraventions sont supérieures à 1 000 $. La consultation publique menée par l’Office de consultation publique de Montréal sur la piétonnisation permanente de la rue Wellington coûte plus de 100 000 $ aux contribuables, dont un peu plus de la moitié doivent être assumés par Verdun. Les recommandations de l’OCPM ne sont pas décisionnelles. 

 


36 vues0 commentaire

Comments


bottom of page